DOSSIER SPECIAL : L’économie du tourisme en Vaucluse

   Le tourisme n’est pas qu’une affaire internationale puisque les touristes français représentent souvent la majorité des visiteurs en région. Le Vaucluse partage cependant une spécificité avec les Alpes-Maritimes : la proportion de clientèle internationale est la plus forte de France avec près de 40% d’étrangers. Ce qui s’explique notamment par la réputation mondiale d’Avignon et du Luberon.

Selon Michel Fuillet, président de l’ADT Vaucluse Tourisme, le secteur est un « secteur d’activité transversal qui concerne les hébergements, la culture, l’oenotourisme, les activités de loisirs de plein air…». Ce caractère polyvalent du tourisme est particulièrement marqué dans notre département. Quelques chiffres parlent d’eux-mêmes.

UN SECTEUR EN PLEIN BOOM

Les chiffres fournis par l’ADT sont éloquents. Le budget famille, pour leur séjour vauclusien, est de 1064 euros. Sur les 16 385 emplois liés au tourisme, près de 70% sont des emplois salariés directs. L’offre est diversifiée et de qualité avec 63 restaurants labellisés Vins et vallée du Rhône, 220 caves et caveaux, 86 840 lits en résidence secondaire, 60 musées, 1300 fêtes et festivals, 1600 voies d’escalade réparties sur 27 sites, 3000 km de sentiers pédestres et équestres, 169 exploitations agricoles baptisées Bienvenue à la Ferme, 454 monuments et sites classés… Sur Avignon, 50% des clients séjournent à l’hôtel alors que les nuitées non-marchandes dominent dans le Luberon et au Mont Ventoux. Les motivations des touristes en Vaucluse proviennent de l’image « sudiste » baignée par le climat provençal, le cadre de vie et les notions de repos détente. Les découvertes de villes et villages, les visites culturelles ou vigneronnes sont donc parmi les activités les plus prisées. 

Coralie de Chabannes

>>> Dans les jours à venir découvrez nos entretiens exclusifs et nos interventions de spécialistes…