Élections consulaires : Entretien avec un premier candidat

Bernard Vergier
Bernard Vergier
A l’occasion des élections consulaires en Vaucluse, Quartier d’Affaires propose un échange avec chaque candidat sur ses  ambitions et son projet. Entretien avec Bernard Vergier, président de la CGPME et candidat à la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie Territoriale de Vaucluse…

Bernard Vergier, vous êtes actuellement Président de la Confédération Générale des Petites et Moyennes entreprises de Vaucluse. Votre engagement syndical et entrepreneurial remonte bien avant cela. Pouvez-vous nous en dresser un bref panorama ?

Je suis d’abord et avant tout un chef d’entreprise. J’ai créé ma première société alors que j’avais 20 ans. Cet engagement total – que connaissent tous ceux qui entreprennent – s’est rapidement doublé d’engagements bénévoles, syndicaux et professionnels. Je suis convaincu depuis longtemps que le développement de nos entreprises est intimement lié au travail collectif et à la défense de l’intérêt général. 

Cet engagement m’a conduit à assumer des mandats très divers départementaux et régionaux au service des entreprises et des entrepreneurs, ce qui m’a permis de m’impliquer fortement et de défendre les intérêts de notre territoire. C’est une source de fierté et de plaisir. Cette expérience est précieuse pour regarder l’avenir avec sérénité tout en évitant les erreurs du passé. 

La CCI du Vaucluse doit être une maison accessible à tous et qui représente toutes les composantes de notre beau Département

Comme vous venez de l’évoquer vous avez déjà beaucoup œuvré. Pourquoi cette candidature supplémentaire ?

Ce n’est pas une candidature supplémentaire. « Unis Pour Réussir », c’est la continuité de mon engagement pour les TPE, les PME, les commerçants – artisans. Plus de 95% des entreprises de notre territoire sont des PME ! Il est de mon devoir de les défendre et de les représenter ainsi que de répondre aux souhaits de ces femmes et de ces hommes qui exigent que leur voix soit enfin entendues et que tous leurs territoires soient réellement pris en compte. La CCI du Vaucluse doit être leur maison accessible à tous…

Vous allez faire face à trois autres candidats que sont Michel Bernard, Président de RPME, Jacques Brès, Président de l’UP-MEDEF Vaucluse et de Sonia Strapélias pour les commerçants. Que pensez-vous apporter de plus et pourquoi ?

La question se pose à chacun des candidats… Ne comptez pas sur moi pour dénigrer les uns ou les autres. Cette élection doit porter aux responsabilités des femmes et des hommes engagés, enthousiastes et responsables. On est loin d’un concours de beauté ! Ce sont les chefs d’entreprise qui décideront. 

Rencontre territoriale à Avignon le 7 Septembre 2016

Rencontre territoriale à Avignon le 7 Septembre 2016

Vous avez déclaré à plusieurs reprises votre volonté de rassembler. Pourquoi n’avons-nous pas abouti à une liste unique comme c’est parfois le cas dans le monde patronal ?

J’ai été le premier à vouloir rassembler ! J’ai proposé à chacun un regroupement. Des rencontres ont eu lieu. Elles n’ont pas porté leurs fruits mais je reste un partisan de l’unité. En attendant, j’avance. C’est ma nature…

Pouvez-vous nous parler de votre liste et de ses membres ?

Bien sûr. Ma priorité a été la co-construction du projet avec des hommes et des femmes de qualité qui représentent toutes les branches professionnelles. 

Les compétences d’une CCIT sont nombreuses comme par exemple les services aux entreprises, la formation ou la gestion des équipements. Pouvez-vous nous en dresser un court résumé et y opposer votre programme compétence par compétence ? 

Chacun peut découvrir notre projet sur unispourreussir.com. Il s’est enrichi chaque jour, à chaque rencontre. Nous avons choisi de le co-construire avec les entrepreneurs.

Vous savez que pour gagner la Chambre de commerce il faut convaincre les fédérations professionnelles qui constituent un vecteur fort de rassemblement de chefs d’entreprise et donc de votes. Avez-vous réussi à les rassembler autour de votre candidature ?

Nous avons des excellentes relations avec la majorité des fédérations et des branches professionnelles, nous les associons activement à la construction de ce projet commun de rassemblement. 

De nombreux décideurs n’ont qu’une vision très lointaine de la chambre. De la même manière, allez-vous sur le terrain pour convaincre et faire de la pédagogie ?

Le terrain, c’est l’ADN de la CGPME. Nous y sommes en permanence tout au long de l’année et nous aimons cela. 

C’est la seule façon de connaitre les préoccupations réelles des entrepreneurs, des commerçants – artisans. C’est la seule manière aussi de prendre en compte la diversité des territoires.

Ce serait normal que les 95% des entreprises du Vaucluse soient enfin représentées par des entrepreneurs qui leur ressemblent

Une question pratique : quand et comment voter ?

Dans notre département le vote se déroule par correspondance.Tous les électeurs recevront le matériel de vote par correspondance au plus tard le 20 octobre, ils devront renvoyer leur bulletin de vote au plus tard le 2 novembre. 

Un dernier mot ?

Oui, soyons nombreux à nous exprimer et à voter lors des élections. Ce serait normal que les 95% des entreprises du Vaucluse soient enfin représentés par des entrepreneurs qui leur ressemblent. On ne peut pas se satisfaire d’une participation faible. Pour que la CCI devienne réellement la maison des entreprises, il faut qu’elles se mobilisent fortement et je vous invite à soutenir nos PME.