Entretien avec Jean-Claude BOUCHET, Député-maire de Cavaillon

art46

Monsieur le Député, pouvez-vous préciser les grandes étapes de votre parcours, du syndicat des transports à la politique ?

Après des études supérieures en Transport et Management, j’ai rejoint en 1981 « la Flèche Cavaillonnaise », entreprise créée par mon père et assuré la direction de 1992 à 2004. Durant cette même période, j’occupe la présidence d’UNICOOPTRANS (fédération nationale des coopératives de transport) et la vice-présidence nationale de l’UNOSTRA (2e syndicat patronal des transports routiers).  

Cette énergie au service de ma profession et du monde économique, j’ai voulu la mettre au service de Cavaillon et de ses habitants. Engagé dans la vie politique depuis 10 ans maintenant, mon premier mandat fut un mandat de terrain, celui de Conseiller Général de Cavaillon de 2002 à 2008.  

Par la suite je suis élu et réélu Député de la deuxième circonscription de Vaucluse et suis Maire de Cavaillon depuis 2008.

Vous êtes Maire de Cavaillon depuis 2008. Quels sont les principaux axes de votre travail municipal depuis ?

Avec mon équipe, nous nous sommes attelés à donner une nouvelle image à Cavaillon. Une image d’attractivité et de dynamisme.

Aussi en priorité j’ai voulu redonner confiance aux Cavaillonnais, et leur rendre ce sentiment de sécurité qu’ils avaient perdu. C’est pour cela que la municipalité a fait de gros efforts en la matière, avec l’installation de caméra de vidéo-protection et le doublement des effectifs de Police Municipale. Les résultats sont aujourd’hui présents, avec une importante baisse de plus de 25% de la délinquance cette année. Nous poursuivons nos efforts pour que cette tendance s’accentue.

Protection contre les inondations également. Comme l’ont montré les inondations de 2008, des investissements étaient nécessaires et ont été trop longtemps reportés. Aussi un important chantier de sécurisation du Coulon a été lancé dès 2008 et est désormais presque achevé sur le territoire de Cavaillon.

La rénovation en cours des digues sur la Durance permettra bientôt la libération de terrains pour l’installation d’entreprises et de logements

En parallèle, j’ai poussé de grands travaux au cœur même du Centre-ville de Cavaillon avec toujours ce même objectif : rendre le cœur de Ville attractif pour ses habitants, comme pour les commerçants et leurs clients. Nous avons changé la ville.

Nous avons inauguré en mai dernier le chantier phare de ce projet « Cœur de Ville » : la rénovation complète du Cours Gambetta, artère majeure de Cavaillon. C’est aujourd’hui une vitrine de notre attractivité et une preuve de notre dynamisme.

Et ce n’est que le début ! Dans les mois à venir les abords de la gare de Cavaillon seront métamorphosés. Celle-ci deviendra multimodale grâce à une gare routière repensée, une offre de stationnement plus étendue et des accès piétons et cyclistes facilités.

En tant que député, avez-vous élaboré des propositions de lois ou pris des initiatives particulières ?

Oui, je me suis beaucoup impliqué dans le domaine de la sécurité. J’ai notamment appuyé le port d’arme des agents de Police Municipale. On ne peut être sourd aux demandes de nos concitoyens qui souhaitent pouvoir vivre dans la tranquillité. Se savoir en sécurité est d’ailleurs indispensable au développement de toute activité économique.

Mon mandat parlementaire m’a également permis d’appuyer plusieurs projets importants pour Cavaillon et son intercommunalité. Notamment le projet de Pôle Santé qui devrait voir le jour. Je me suis également beaucoup investi pour nos agriculteurs et nos commerçants, qui restent la force vive de notre territoire.

La situation économique des PME dans le Vaucluse est préoccupante. Quel est votre diagnostic et quelles seraient les mesures à prendre ?

Elle est certes préoccupante, et la crise que nous traversons ne laisse pas la place aux hésitations ou autres couacs actuels.

Le Vaucluse a de nombreux atouts, et en premier lieu son terroir et ses paysages qui font vivre son agriculture et le tourisme. Nos territoires offrent ainsi une qualité de vie exceptionnelle et de nombreuses opportunités aux entrepreneurs, grâce à une bonne desserte et un positionnement géographique avantageux.

Une autre chance pour notre département : nos entrepreneurs, que je veux saluer. Ils prennent des risques chaque jour pour que leurs entreprises se développent et donc que l’emploi se développe. Ce sont les entreprises qui créent les emplois. Il faut faire confiance aux entreprises et à leurs salariés, et en particulier aux Petites et Moyennes Entreprises.

Les PME peuvent mener de grandes innovations, mais encore faut-il permettre ces avancées et les accompagner. Il faut en finir avec l’instabilité juridique et fiscale qui touche notre pays. Chaque année le droit évolue, notre code du travail est d’une rare complexité, et quand on est une petite structure, on se sent bien souvent seul face à l’inconnu. Il faut aller vers une simplification administrative et un allègement des charges.

Quels sont les priorités à mener au niveau des intercommunalités vauclusiennes selon vous ?

La réforme des intercommunalités qu’a réalisée le gouvernement précédent est une chance à saisir ! Nous ne pouvions plus nous permettre de voir des dizaines et des dizaines de communautés de communes exister les unes à côtés des autres, s’ignorant, alors même que les habitants et les entreprises du Vaucluse vivent et se déplacent sur des bassins de vie plus vastes qu’auparavant.

La création de nouvelles entités plus fortes, comme la future Agglomération de Cavaillon, L’Isle sur la Sorgue et Coustellet, va permettre de dégager des synergies et de se consacrer davantage au développement économique et à la promotion de nos territoires.

Les compétences précises de ces nouveaux ensembles ne sont pas encore arrêtées, mais il est d’ores et déjà certain qu’une structure de 80000 habitants comme celle qui va naître autour de Cavaillon, l’Isle sur la Sorgue et Coustellet, aura plus de poids pour défendre les projets vitaux de nos territoires que les trois ensembles agissant séparément comme actuellement. 

Propos recueillis par La Rédaction