Le Bélarus, à la recherche du temps perdu

Paysage urbain de Minsk © Grigory Bruev
Paysage urbain de Minsk © Grigory Bruev

A chaque parution Quartier d’Affaires propose de découvrir un Pays européen. Voyage en Biélorussie…

Le Bélarus (Biélorussie) est probablement le pays le plus méconnu d’Europe. Seule une centaine de milliers de visiteurs le découvrent chaque année. Ex-république soviétique, il en a conservé certains spécificités : son président a été élu en 2015 avec plus de 80% des voix pour un 5ème mandat. Les entreprises publiques génèrent 70% du PIB et près de la moitié du commerce extérieur est effectué avec la Russie, partenaire économique et politique privilégié.

Le pays, sans façade maritime, est encadré par Russie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, et l’Ukraine

Le Bélarus, grand comme la Grande-Bretagne, ne compte qu’une dizaine de millions d’habitants. Le pays, sans façade maritime, est encadré par Russie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, et l’Ukraine. Berceau des proto-slaves, il a vu passer à travers les siècles toutes les armées d’Europe. Il a cependant conservé une grande richesse culturelle et sa population est particulièrement accueillante.

Pour se faire une bonne idée du Bélarus, il faut s’enfoncer dans sa campagne fleurie. On découvre alors un relief de douces collines ponctuées de lacs, entrecoupé de fleuves et de rivières, dont la célèbre Bérézina. On y trouve les dernières forêts primaires d’Europe, alternant avec de grands marais, et offrant aux animaux, dont des bisons d’Europe, un territoire vierge.

La capitale, Minsk offre de nombreux rendez-vous culturels, des musées, mais on peut aussi y faire la fête, ou flâner dans le vieux quartier du Faubourg de la Trinité. Non loin de Minsk, le château de Mir est inscrit au patrimoine de l’UNESCO.

L’industrie produit des machines-outils, des équipements agricoles, des produits chimiques, des motos, du textile, de l’électroménager…

Economiquement, le Bélarus est dans une situation délicate, en écho aux difficultés de ses voisins. Son secteur tertiaire représente près de la moitié du PIB. L’industrie produit des machines-outils, des équipements agricoles, des produits chimiques, des motos, du textile, de l’électroménager… L’agriculture se partage entre élevage, production de lait et cultures, notamment lin, pomme de terre, orge, betterave, mais a gravement été touchée par l’accident nucléaire de Tchernobyl. Un malheur dont le pays aurait pu se passer.

Le Belarus n’a pas été épargné par l’histoire. Il y souffle pourtant un vent de liberté et l’on y trouve encore, au hasard des rencontres, les traces d’un temps où une vie simple avait tout son sens pour ses habitants ballotés au milieu des conflits. C’est sûrement là que nous, consommateurs compulsifs, avons encore des choses à comprendre.