Le BTP Vaucluse espère une embellie

GRAPHIQUE

   A l’occasion de ses traditionnels vœux, la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics Vaucluse, a présenté, par la voix de son Président Jean-Yves CHEMIN, un bilan plutôt négatif de l’année écoulée, que ce soit en termes d’emploi, de production ou d’investissements.

Le Président a mis l’accent sur les baisses qui ont frappé le secteur, baisse des commandes, baisse de l’activité, et fatalement baisse de l’emploi. L’investissement public a chuté de 5,5%, après – 18% en 2014, passant ainsi de 373 M€ à 287M€, en deux ans. L’emploi salarié a chuté de 5%, détruisant 600 emplois en un an.

Malgré ces mauvais chiffres, Jean-Yves CHEMIN a voulu faire preuve d’un optimisme mesuré, en évoquant des perspectives plus radieuses. Il a ainsi souligné l’augmentation des ventes de logements de 25% au niveau régional, en espérant que le Vaucluse rejoindrait la tendance en 2016, bien que, dans le département, ce soit une baisse de 19% des ventes que l’on note.

La possibilité d’un avenir meilleur, il l’a en fait attribuée à l’action de la Fédération BTP et aux décisions politiques, augurant, avec une bonne dose de confiance, que les élus désormais en place, leur volontarisme affiché pourra se concrétiser. Les actions auprès d’eux, des maîtres d’ouvrages et des services de l’Etat, pourront accélérer les projets, ou les débloquer. Au niveau national, il voit les mesures prises aller dans le bon sens. Parmi elles, la suppression de la fiche d’exposition à la pénibilité, la simplification du compte pénibilité, le maintien du CICE, allégeant le coût du travail, la prolongation du crédit d’impôt CITE, le prêt à taux zéro renforcé et élargi, le dispositif PINEL pour l’investissement locatif, la loi Macron, la mise en place des premières mesures pour la simplification et l’accélération des procédures.

Pour le Président de la Fédération BTP 84, les projets de rénovations urbaines, le financement de travaux de rénovation énergétique pour les bailleurs sociaux et pour les bâtiments publics, ajoutés à toutes ces décisions, peuvent relancer l’activité mais sa reprise sera surtout conditionnée par les capacités d’investissement que sauront dégager les collectivités locales, en réduisant leurs frais de fonctionnement.

Un défi qu’on ne tardera pas à voir s’il est relevé : localement, la profession espère le lancement des travaux du TRAM à Avignon et s’attend à de nombreux chantiers de VRD et de Bâtiment, en conséquence de l’importance du foncier bientôt disponible.