Plus d’emploi … saisonnier en 2014 dans le Vaucluse

art74
   D’après l’enquête annuelle sur les « besoins en main-d’œuvre » effectuée par Pôle Emploi et le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), le Vaucluse connaîtra en 2014 une légère embellie du marché de l’emploi.

Avec 24 300 emplois en perspective, soit 7,1 % de plus qu’en 2013, le département qui, avec 12,3 % de taux de chômage, caracole en tête de la Région, peut se féliciter de cette bonne nouvelle.

Ce diagnostic s’accompagne cependant de deux particularités : la majorité des entreprises souhaitant embaucher sont des TPE de moins de 5 salariés et 70 % des emplois proposés sont saisonniers.

Cette année, la demande émane donc principalement de trois secteurs, l’agriculture, les services et le commerce, dont les besoins en main d’œuvre sont tributaires soit de l’horloge de la nature, soit du tourisme.

Les viticulteurs, les arboriculteurs salariés, les cueilleurs ainsi que les agriculteurs salariés, les ouvriers agricoles seront les plus demandés. Suivront les serveurs de cafés, de restaurants et les professionnels de l’animation socioculturelle. Viendront ensuite les aides, les apprentis, les employés polyvalents de cuisine, les ouvriers non qualifiés, les manutentionnaires et les professionnels des spectacles, festivals obligent.

Le BTP, par contre, peine à avoir une bonne visibilité sur les travaux publics, et ne parviendra plus à offrir du travail comme il y a quelques années.

Les emplois proposés ont la caractéristique de nécessiter une main-d’œuvre peu qualifiée qui, heureusement, est la plus présente en Vaucluse. Malgré le peu d’attractivité de ces métiers et leurs fortes contraintes horaires, la quasi totalité d’entre eux peuvent être pourvus en deux semaines d’après Pole Emploi.

Ce bilan, somme toute positif, ne peut pourtant pas masquer le décalage du département avec les régions plus dynamiques économiquement. L’offre d’emploi reste orientée vers des métiers à faible valeur ajoutée. Et le fait que le nombre de diplômés en recherche d’emploi demeure faible en Vaucluse ne peut être une consolation. La situation n’est pas de bonne augure lorsque l’on constate qu’en France, les ingénieurs sont recherchés dans tous les secteurs, particulièrement l’informatique, les télécommunications, les transports, la fabrication, la production.

Daniel Ollier