Semaine de l’industrie : A la découverte d’un secteur dynamique en Vaucluse

art100

Quelques réflexions sur l’industrie vauclusienne… Si on parle souvent de la réalité agricole et viticole du Vaucluse, l’industrie constitue aussi une grande part de son histoire. Parmi les participants de la Semaine de l’Industrie 2013, il existe d’ailleurs des sociétés intéressantes qui élaborent des nouvelles technologies ou maintiennent des savoirs-faire traditionnels. Les voici : A3M – AGIS – ALGOVITAL – BN SERRES – CALIBREX – CEPABA – CLARANOR – CMTP – COLAS MIDI MEDITERRANEE – CREE ST GOBAIN – EGIDE – ERM – EUROSILICONE – FARAUD – KSB EITB – LA POSTE – MATHIEU LUSTRERIE – MONDRAGON ASSEMBLY – MOSCATELLI – ORTHOPEDIE BONTOUX – PROGRESS – SECMMI – SET – SICAF – SILVAPART – SNE PREMIER – SOPREMA – SPEC – ST GOBAIN COATING – SYNGENTA – THEUS – TIRO CLAS… Apprenons-en davantage avec les 3 entretiens qui suivent !

 

François Mariani

 

«Le redressement local par l’industrie»

Entretien avec François Mariani, président de la CCI 84

L’industrie a une longue histoire derrière elle, semée d’embûches mais aussi de succès. Comment prendre en compte la situation particulière du Vaucluse ? C’est ce dont nous entretient François Mariani, lui-même chef d’entreprise mais aussi président de la CCI. Il nous parle aussi du lien entre la CCI et la Semaine de l’Industrie édition 2013.

QA : Monsieur le Président, la réalité de l’industrie sur notre territoire est particulièrement sur le devant de la scène à l’occasion de la semaine de l’industrie. Pouvez-vous dresser un état des lieux sur le caractère industriel de notre département, ses mutations et son avenir ?

François Mariani : La France a vu son industrie décliner ces 30 dernières années. Le Vaucluse l’a suivie, lui qui avait de belles industries dans des domaines aussi divers que le cartonnage, le textile, les produits réfractaires, la métallurgie, la chaudronnerie, les cuirs… et j’en passe ! Ces industries du 19ème siècle ont disparu mais de nouveaux secteurs ont émergé dans les années 90. En effet, contrairement à certaines idées reçues, il y a toujours de l’industrie dans notre département. Elle représente 20 % des emplois vauclusiens. Il faut aussi noter que l’industrie génère plus d’emplois indirects que tout autre secteur : chaque poste industriel créé 9 emplois connexes ! Des activités industrielles se sont développées autour de nos productions agricoles, mais aussi dans le bâtiment et les travaux publics, la mécanique, l’imprimerie, l’électronique, les machines-outils…

Parallèlement, des entreprises de pointe émergent au sein de pôles reconnus à l’échelon national : Pôle Européen d’Innovation Fruits et Légumes, Trimatec, Pôle de compétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs, Centre de Cadarache, technopôle Pégase. Ces différents pôles constituent l’avenir de l’industrie vauclusienne et le redressement de notre économie locale passe incontestablement par leur développement.

Quelles sont les initiatives de la CCI en faveur d’un secteur particulièrement porteur pour nos économies locales et nationales ?

Dans toutes les CCI du pays, 2013 est « l’Année de l’Industrie ». A la CCI de Vaucluse, cette promotion de l’industrie s’articule ainsi : un Calendrier illustré de photos prises chez nos plus belles entreprises industrielles, une plaquette décrivant les principales caractéristiques des activités industrielles au sein de notre département, la Semaine de l’Industrie du 18 au 24 mars, la remise d’un Trophée spécial Industrie le 25 avril aux Trophées RSE (responsabilité sociétale des entreprises), le rendez-vous Cible Affaires le 6 juin à Palavas avec un focus sur le BTP, le Forum de l’emploi industriel le 26 septembre avec l’APEC et Pôle emploi et, enfin, un colloque Industrie en décembre.

Comment s’articule la participation de la CCI à la semaine de l’industrie ?

La CCI de Vaucluse organise la Semaine de l’Industrie en collaboration étroite avec l’UIMM (Union des industries et de métiers de la métallurgie) et avec la participation de la Fédération du BTP. Près de 600 élèves du secondaire et plus de 150 étudiants seront accueillis dans 36 entreprises partenaires afin de découvrir de nombreux métiers du secteur industriel au contact de celles et ceux qui font ces métiers. Cette semaine revêt une grande importance car elle est au cœur d’une de mes grandes priorités : redonner envie d’industrie !

 

 

François Gilliard, Président de l’UIMM 84


 

« Rétablir l’image du secteur »

Entretien avec François Gilliard, président de l’UIMM 84

QA : Quelles sont les particularités du secteur de l’industrie en Vaucluse et notamment en ce qui concerne la branche de la métallurgie ?

François Gilliard : « La métallurgie en Vaucluse est une branche particulièrement hétérogène. Elle regroupe des métiers aussi diverses que le travail des métaux, l’industrie électrique, les équipements industriels (machines-outils, etc), l’industrie électronique (télécoms, informatique, etc.) et l’élaboration d’éléments pour les centrales nucléaires.

En terme d’effectifs la métallurgie représente 5000 salariés employés par environ 400 entreprises. Cela révèle le caractère « PME » des entreprises de notre territoire. Seulement 1% des entreprises ont plus de 100 salariés. »

Comment s’articulent les mutations du secteur de la métallurgie en Vaucluse ?

« L’électronique évolue rapidement avec la miniaturisation des composants tout comme l’informatique industrielle, la robotique, l’électronique, l’agroalimentaire avec l’évolution de la robotique et des secteurs de R&D en pointe (PELLENC SA). En revanche le secteur des métaux reste un secteur traditionnel. »

L’UIMM en partenariat avec la CCI, est un acteur majeur de la semaine de l’industrie du 18 au 24 Mars 2013. Quel est son objectif ?

« Faire découvrir l’industrie et ses métiers à nos jeunes. Nous voulons rétablir l’image d’un secteur très porteur en termes de débouchés et d’emploi en permettant le contact avec les salariés et les entreprises. Cela se concrétise par la visite de 35 entreprises par des élèves du secondaire qui rendent un travail dont les meilleurs seront récompensés par un prix. Dans cette dynamique nous observons une forte implication de nos adhérents.»

 

 

« Puiser dans l’innovation »

Entretien avec Claude Garnier, délégué du Rectorat d’Aix-Marseille

Quel est le lien entre la Semaine de l’Industrie 2013 (qui se déroulera du 18 au 23 mars 2013) et l’Académie d’Aix-Marseille ?

En tant que circonscription administrative du Ministère de l’éducation et de la recherche, l’Académie est un acteur à part entière de la Semaine de l’industrie qui vise à faire se rapprocher les partenaires socio-économiques et le monde éducatif selon un postulat unique : dynamiser les filières industrielles et le secteur industriel en général. Cela suppose notamment de valoriser l’univers économique auprès des jeunes, bien entendu, mais aussi des chefs d’établissements et des enseignants pour qu’ils puissent à leur tour orienter les élèves vers ce secteur qui offre des emplois.

 

Un mot sur le Comité local Ecole-Entreprise ?

Le Comité local Ecole-Entreprise (CLEE) est un lieu d’échanges entre les entreprises et les établissements scolaires sur la relation emplois/métiers/formations. Il constitue une force de proposition et d’actions locales qui complètent les actions académiques. Mais c’est aussi un levier économique car il favorise l’insertion professionnelle des jeunes engagés dans ce processus de découverte de l’entreprise.

Le CLEE établit donc un rapprochement essentiel entre les entreprises et les établissements scolaires en travaillant sur l’image des métiers auprès des jeunes, en favorisant les visites, les stages en entreprise et les périodes de formation en milieu professionnel et puis en permettant une meilleure connaissance réciproque entre monde de l’entreprise et monde de l’éducation. C’est un lieu de rencontre entre cadres et formateurs, de créativité et de synergies pour construire d’ores et déjà l’industrie de demain.

Quels sont vos objectifs à l’occasion de la Semaine de l’Industrie ?

Le secteur de l’industrie est perçu comme un secteur peu attractif alors qu’il offre de nombreux emplois chaque année. Il est considéré comme un peu austère ou rétrograde alors que sa démarche à la pointe de la technologie en fait un puissant facteur de transformation de la société par sa méthode d’appliquer la recherche à des objets réels, c’est-à-dire de puiser dans l’innovation et la science pour valoriser des propriétés industrielles.

En complément de la Semaine « Ecole et Entreprise » (dont on fêtera cette année la 14e édition) est venue se greffer depuis 2 ans la Semaine de l’Industrie. La connaissance du monde économique doit faire partie des savoirs enseignés. Nous voulons donner du sens à l’enseignement à travers la promotion de l’intérêt qu’il apporte à la création et à la construction d’objet techniques. Nous travaillons à des actions locales pour faire découvrir aux élèves les entreprises avec leurs différentes facettes (organisation humain et matérielle, rôle sociétal, etc.). Si nous parvenons à obtenir une meilleure intégration des composantes pédagogiques dans l’économique, et des composantes économiques dans le pédagogique. Il en résultera une valorisation du potentiel de chacun.

En Vaucluse, 600 jeunes vont visiter 35 entreprises industrielles dans des domaines aussi différents que la chimie, la plasturgie, la métallurgie, etc. Ces visites vont permettre aux élèves et lycéens de découvrir le monde du travail et le secteur industriel de leur territoire. Elles vont contribuer  à aider nos élèves du secondaire dans leurs choix d’orientations.

La rédaction